"Cette notion de pardon devrait être comprise au plus haut degré car elle contient la délivrance définitive de la souffrance humaine.

 

Le pardon doit s'adresser tout d'abord à nous même car nous avons tous fauté sans exception, mais cela est dû à nos facultés sensorielles qui ont servi uniquement le dessein de l'égo mais pas une fois celui du Christ en soi ou l'Ame.
 
 
Ces facultés sensorielles sont évidemment placées en avant d'une manière naturelle puisque ce sont des organes du corps.
 
 
Il n'est pas évident d'aller rechercher un autre moyen de percevoir la réalité individuelle, la réalité mondiale et planétaire et établir une différence entre ces "réalité" suggestives mais que nous croyons réelles, d'une autre Réalité appartenant à la Vérité la plus haute qui soit mais que nous ne percevons absolument  pas ... hormis par un autre organe que je nomme "conscience".
 
 
Mais cet organe qui n'est pas sensoriel est bien difficile à établir, et encore plus difficile à placer sur son "trône" de directeur.
 
 
Il est nécessaire de réaliser à quel point le pardon à soi même est efficace car cela nettoie l'individu de ses fautes en affirmant la volonté de ne connaitre que la Vérité Unique et de s'en servir de base pour l'exercice de l'incarnation.
 
 
Le pardon est nécessaire et doit s'appliquer à tous les êtres humains sans exception et on doit s'y attacher immédiatement car de la réussite de ce projet à court terme, cela prend un effet de propagation à l'ensemble de l'humanité.
 
 
Les autres ne sont que d'autres "nous même" qui ont décidé de se prêter à notre "jeu" périlleux de réaliser toutes les pensées non conformes des autres "nous même".
 
 
Nous sommes tous impliqués en ce monde parce que nous sommes absolument tous reliés comme les cellules du corps et tout ce que l'un fait, tous les autres le vivent et le ressentent.
 
 
Il est nécessaire de pardonner à tous les autres aussi difficile que cela apparaisse à l'égo, car sur le plan de l'Ame c'est une évidence.
 
 
Essayons de jouer le jeu de l'Ame le plus souvent possible et surtout dans les situations qui semblent nous toucher de très près, et cela devient comme un entrainement sportif qui s'améliore au fil des entrainements, puis cela devient une habitude de pardonner, une réalité de la vie humaine.
 
 
Nous devons pardonner car les autres réalisent toujours nos souhaits cachés, même les plus mauvais.
 
 
Nous sommes dans un immense système qui nous implique tous les jours par la synthèse des souhaits de l'humanité et cela permet le scénario catastrophe que nous expérimentons à chaque instant.
 
 
On peut modifier le paysage de la vie sociale planétaire en recadrant nos pensées, nos intentions, nos croyances et en agissant conformément à ce qui est cité.
 
 
Je comprends parfaitement à quel point cela représente une prise de responsabilité hors norme, mais nous ne disposons d'aucun autre moyen.
 
 
La Perfection est requise pour abolir la souffrance, cela vaut le coup de se mettre au travail et puis nos enfants ont besoin que quelques uns placent des bases solides pour qu'ils puissent "rebondir" vers une autre trajectoire de pensée intentionnelle."
 
 
Pierre Barlet, auteur de plusieurs ouvrages, disponibles chez lulu edition